Réponse à l'article de presse du 30 Avril "Gérald Darmanin tend la main à Marie-Laurence Davoine"

Après 6 ans de travail avec les enseignants, de contacts avec les parents d’élèves, je ne peux pas accepter que l’on dise de moi que je fais une différence entre les « sachants » (quel drôle de mot !) et les autres.

Consulter tous les Tourquennois, y compris ceux qui ne sont en rien concernés par les rythmes scolaires serait revenu à faire un sondage sur l’avis de la population sur la politique du gouvernement. Comme si les élections municipales n’avaient pas suffi ! Si c’est le cas alors qu’on le dise clairement ! Ou comment faire pour pouvoir se réfugier derrière une consultation populaire pour ne pas appliquer une réforme impopulaire…   

Mes seuls propos, et je les maintiens, sont que

- le politique est élu pour prendre les décisions après avoir consulté les personnes concernées. Ce que nous avons fait dans le précédent mandat! C’est un faux procès de dire que la concertation n’a pas eu lieu. Les centaines de personnes qui y ont consacré du temps apprécieront !

Et si un élu doit faire reposer ses décisions sur les habitants, alors les élus ne servent à rien. De bons techniciens suffisent pour gérer une ville voire un pays.

- ceux qui ne vont pas répondre au questionnaire sont les mêmes qui ne répondent jamais à rien : des parents dont les enfants sont forcément concernés en premier lieu par des activités qui peuvent contribuer à leur développement.

6 ans à entendre que de nombreux parents – pas tous, loin de là et heureusement, j’ai rencontré des tas de parents d’élèves redoutables lorsqu’ils défendaient l’intérêt de leurs enfants !  – ne s’investissent pas dans l’éducation des enfants autant qu’il le faudrait, qu’ils sont aux abonnés absents, que les enseignants perdent parfois un temps considérable à réclamer les documents à remplir par les parents … qu’ils finissent par remplir eux-mêmes en désespoir de cause… ça marque forcément! on en reparlera dans 6 ans!

Ceci dit, il est bien aimable de la part de M Darmanin de reconnaitre mon travail en tant qu’Adjointe au Maire en charge de l’éducation, ce qu’il a fait tout au long du mandat, je l’admets volontiers, et même mieux que ma propre majorité parfois !  

Il est vrai qu’il faut parfois savoir passer au dessus de ses querelles partisanes et politiciennes sur des sujets d’intérêt général. J’ai travaillé pour les enfants de Tourcoing, pour contribuer à ma mesure à leur permettre d’accéder à un meilleur avenir. Cela pouvait, cela devait provoquer un élan fédérateur. Celui-ci nous a permis de voter Pégase à l’unanimité.

Ceci dit, pour répondre au regret exprimé par M Darmanin sur le fait que je n’étais pas sur la liste des municipales, je précise qu’ayant un cerveau, je suis parfaitement capable d’avoir décidé seule de ne pas me présenter sur la liste municipale de 2014. Comme pour les rythmes scolaires, j’en ai parlé autour de moi, j’ai écouté les avis, mais j’ai pris la décision en toute responsabilité. C’est mon choix, mon libre arbitre. Je ne l’ai jamais regretté. Cela ne remet pas en cause ce que j’ai fait en tant qu’Adjointe.

Et pour autant, M Darmanin aurait-il voté pour moi?

Une main tendue ne se refuse pas. Travailler pour l’avenir des enfants est l’une des plus importantes responsabilités des adultes, quels qu’ils soient.

Mais je refuse quand même. C’est le travail d’autres élus désormais. Je n’ai aucune légitimité pour travailler sur un sujet quel qu’il soit pour la Ville de Tourcoing en dehors de mon mandat de conseillère régionale.

Continuer à œuvrer pour ma ville avec le Conseil régional sera ma seule priorité. Et là s’arrêtera ma contribution.

Il y a de très bons techniciens à la Ville de Tourcoing, qui permettent d’assurer la continuité. Et il y a des élus de gauche qui sont les interlocuteurs de l’équipe municipale.